Forum RPG basé sur la saga d'Erin Hunter
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 « A vos ordres mon colonel ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Invité
Invité



MessageSujet: « A vos ordres mon colonel ! »   Dim 18 Aoû - 11:48

Etoile de Braise sortit du camp en saluant le guerrier qui gardait l'entrée. Ce-dernier lui rendit humblement son geste et il se dirigea hors du centre de son clan. Le vacarme qui y régnait commençait à lui chauffer les oreilles et il préférait éviter d'user de violences sur des boules de poils primitives. Autrement dits d'insupportables chatons que les mères n'étaient même pas capables de contenir dans la pouponnière. Il avait déjà vu plusieurs félins filer en douce hors du camp. Lui même avait dut résister à la tentation. Mais une fois son lieutenant de retour de patrouille il avait enfin pu prendre l'air. L'empressement de s'éloigner de brouaha lui donnait des fourmis dans les pattes. Cédant à sa pulsion il se mit à accélérer le pas jusqu'à trottiner rapidement entre les bois et les marais. Parfois il enviait les autres tribus. L'eau de la rivière était toujours pure et claire, les plateaux du vent regorgeait de lapins en toutes saisons et la forêt de tonnerre offrait gibier et protection. Alors que les marécages et le charnier étaient des lieux dangereux qu'il devait faire vérifier plusieurs fois par jour afin d'être sur qu'aucun accident ne s'y produise. Il soupira et chassa les idées qui venait assombrir ses pensées. Il n'était pas là pour ressasser sa colère, il était là pour se détendre. Bercé par sa marche vive et fluide il dépassa la frontière de son territoire et les quatre chênes avec une attention volatile. En arrivant à la cascade aux couleurs il prit soin de ralentir et se remit à marcher afin de ne pas effrayer les proies potentielles. Mais en arrivant sur les rives des chutes d'eau il ne trouva des oiseaux ni rongeurs, juste un félin bien reconnaissable. Un peu agacé de ne pas être seul dans cet endroit mais en compagnie d'une l'odeur de poisson écœurante il ignora sa faim dévorante qui l'habitait depuis la vielle au soir et s'assit non loin du bord de l'eau. Fixant sa camarade il miaula doucement:

« Salutations Etoile des Cieux... Belle journée n'est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Pseudo : Fun / Snow
Féminin Âge : 18
Nombre de Messages : 77
Disponibilité : présente physiquement, absente psychiquement.


Feuille de Personnage
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Dim 18 Aoû - 12:59

« Etoile des Cieux, tu peux nous aider ? miaula un apprenti blanc. »
Cela faisait quelques jours que tout le monde surchargeait la pauvre chef et à force, malgré tout son bon vouloir, elle en avait marre. Elle s'arrêta et se retourna, remuant les moustaches d'amusement.
« Non, je ne serai pas toujours là pour vous aider, demande à ton mentor si jamais, mais essaye d'apprendre tout seul. »
Si elle n'avait pas été en haut de la pyramide, elle lui aurait craché dessus sans ménagements, mais elle redoutait que certains de son clan, ne l'ayant pas en estime, veulent lui faire commettre une erreur. Elle soupira et engouffra dans le tunnel qui menait vers l'extérieur. De l'air, elle avait besoin d'air, qu'on lui laisse un peu de liberté. Une fois en face de son territoire, elle inspira profondément. Une brise venait doucement caresser son pelage crème un peu ébouriffé depuis quelques temps. Ses oreilles remuèrent d'elles-même en direction de la Cascade aux Couleurs. C'était sa destination, elle n'avait pas envie de rester près de son clan et cela lui semblait être le bon lui pour se reposer et se faire une beauté. Ignorant les félins qu'elle croisa sur son passage, elle courra à pleine vitesse sur ses terres, humant le doux parfum de l'eau, des végétaux, du gibier... Puis, l'odeur du clan des poissons disparue, elle était seule. Ses yeux brillèrent et elle fit une roulade en avant pour s'étirer un peu. Elle gambada ici et là, visitant les lieux et ne prêtant pas attention aux proies potentielles. Soudain, le bruit des tonnes de liquide tombant se fit entendre. Elle se dirigea prudemment vers le bord et toucha l'eau. Elle était bonne, plus chaude que chez elle en tout cas. Elle en lapa quelques gouttes puis commença à se nettoyer l'épaule droite en pensant aux récents événements. Tout d'abord, il y avait un nombre croissant de chatons, ce qui était plus qu'agaçant pour la bonne raison qu'ils faisaient trop de remue-ménage. Ensuite, il y avait trop peu de guerriers ce qui était embêtant pour toutes les bouches à nourrir, elle-même devait mettre la main à la patte plus d'une fois. Puis le fait que Tigre de Jade, son vieil ami, était aux portes de la mort. A cette pensée, un frisson lui parcourra l'échine. Elle secoua la tête pour éloigner l'image du matou de son esprit et finir sur une note un peu plus joyeuse. En effet, le point positif, c'est que sa nouvelle lieutenante était plus qu'acharnée à la tâche et pouvait gérer le clan à elle toute seule tellement son travail était efficace. Grâce à elle, elle pouvait se permettre ces moments de détente ici par exemple. Un crissement de feuille attira son attention. Son coeur commença à s'emballer, une embuscade ? Elle tenta de rester parfaitement calme, mais se redressa quand même sur ses quatre pattes. Tout d'un coup, elle distingua le pelage plutôt roux d'un mâle... L'odeur des marécages embauma son museau. Etoile de Braise. Elle planta ses iris azurs dans ceux ambres de l'Ombreux. Il avait l'air serein, beaucoup plus qu'elle en tout cas. Elle ne supportait ce clan que parce qu'il haïssait le Tonnerre également et quand bien même, elle ne pouvait nier une chose. Ce chat-là, il lui faisait peur. Son passé, sa cicatrice, son territoire... Tout cela en faisait un personnage plus que macabre. Néanmoins, elle garda à la perfection son masque d'indifférence et de calme.
« Bonjour. Il fait peut-être beau, mais dis-ça pour toi, je viens tout juste de réussir à m'échapper pour prendre l'air et je tombe sur toi... soupira-t-elle, accusatrice »
Dans ses prunelles trônaient une flamme de défi, elle voulait s'imposer à lui, lui montrer qui c'était le patron. Mais à vrai dire, son audace pouvait lui coûter cher, elle mit de côté cette crainte et détourna son regard pour observer l'eau colorée.

(désolée, c'est pas terrible, je m'y remets doucement... ._.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité



MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Lun 19 Aoû - 9:51

(ce sera pas terrible le jour ou tu arrêteras de pondre des pavés T-T)

« Bonjour. Il fait peut-être beau, mais dis-ça pour toi, je viens tout juste de réussir à m'échapper pour prendre l'air et je tombe sur toi... soupira-t-elle, accusatrice »

Etoile de Braise remua les moustaches, partagé entre l'amusement et l'agacement. Il admettait que son audace lui inspirait un semblant de respect. u fond il n'était pas beaucoup de plus âgé qu'elle. Sauf que lui avait déjà fait ses preuves alors sa charmante camarade souffrait encore des doutes des siens. Il se pourlécha les babines. Quand on savait ou laisser traîner ses oreilles les assemblées se révélaient être très intéressantes. Il se rappela les têtes anéanties des novices qu'il avait surpris à discuter du sort de leur tribu. Les pauvres avait semblé sur le point de fondre en larmes tellement ils avaient honte d'avoir laissé échapper des informations cruciales sur leur clan. Qui plus est auprès d'un chef adverse terriblement mystérieux quand à ses futures intentions.

Etoile de Braise sourit à ces souvenirs. Il aimait bien le Clan de la Rivière. Enfin du moins il n'avait rien contre eux. Les relations entre sa tribu et celle des mangeurs de poissons avaient toujours été relativement amicales. Par le passé ils s'étaient même déjà alliés si sa mémoire était bonne. D'après une initiative des prédécesseurs d'Etoile des Cieux d'ailleurs, pas des siens. Elle était donc en position d'infériorité vis à vis de lui. Il n'irait pas jusqu'à dire qu'elle était faible, au contraire sa fourrure laissait apercevoir des muscles noueux qui la désignait comme une combattante remarquable. Non, elle était sans contexte une guerrière dangereuse, peut-être même son égale. Mais sur le plan politique il avait l'avantage sur elle. Et tous les deux le savaient parfaitement. Ce n'était que de la provocation. Une raillerie prudente. Il sourit à sa camarade et se leva avant de s'approcher d'elle. Tel un prédateur il planta son regard hypnotique dans celui de la meneuse et avant doucement vers elle. Quand leurs museaux ne furent plus qu'à une queue de souris respectifs il murmura d'une voix suave:

« Ma compagnie te déplaît ? »

Il lui lança un air interrogateur, un sourire mi-charmeur-mi-moqueur sur son visage angélique avant de s'éloigner d'elle pour lui demander d'un ton détaché:

« L'endroit est giboyeux ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Pseudo : Fun / Snow
Féminin Âge : 18
Nombre de Messages : 77
Disponibilité : présente physiquement, absente psychiquement.


Feuille de Personnage
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Lun 19 Aoû - 12:04


Etoile des Cieux était tendue. Elle faisait tout pour le cacher et de cette manière, Braise ne pouvait le remarquer. Il remua les moustaches, à demi-amusé, à demi-agacé. Rassurée qu'il ne l'ait pas pris mal comme elle l'avait imaginé, elle se décrispa un peu. Elle ne tenait pas à le mettre en colère, ça non, il aurait tout de suite vu que malgré les préjugés que l'on peut avoir sur sa force physique, il n'en est rien. En revanche, elle se débrouillerait assez bien pour l'esquiver et frapper avec des mots, là où ça fait mal. Comme par exemple, sur la chatte du Tonnerre, Lumière Blanche. Dans un sens, elle était un peu jalouse, réussir à faire craquer mentalement quelqu'un comme ce matou, ça relevait du miracle. Il sourit et se rapprocha, forçant Ciel à reculer, de craintes. Ses iris ambres se plantèrent dans ceux d'azurs de la cheftaine. De près, ils étaient encore plus envoûtants. Sa bouche s’entrouvrit d'elle-même sous l'effet hypnotique que ça lui donnait. Ses oreilles se mirent à l'horizontales. Que comptait-il faire ? L'intimider ? C'était déjà fait. La provoquer ? Il lui en fallait plus.

« Ma compagnie te déplaît ? »

Ce murmure suave la fit revenir à la réalité. Il était en train de la charmer et pour le moment, ça ne la laissait pas indifférente. Elle cligna des yeux et les referma aussitôt, levant la tête de l'autre côté comme si elle boudait. Stupide pervers. Elle s'éloigna également, laissant sa queue aller sous son menton. D'une voix dragueuse, elle répondit.

« Faut croire que ton numéro de chasanova ne plaît pas à tout le monde. Je te retourne la question... La mienne te déplaît ? »

Elle avait déjà énuméré dans sa tête les risques qu'elle courrait, mais au diable, elle se nourrissait d'adrénaline. Etoile de Braise changea de sujet. Il avait faim ? Elle aussi... Sauf que comme sa joie quant à sortir de son clan avait été si grande qu'elle avait du effrayer une bonne partie du gibier en bas de la cascade. Néanmoins, elle avait vu quelques poissons dans l'eau. Une lueur de défi dans les yeux, elle remua les moustaches, amusée.

« Il y a du poisson si ça te tente. »

Rien que d'imaginer le meneur Ombreux se démener pour attraper une carpe ou quelque chose dans le genre lui faisait faire un sourire moqueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité



MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Mer 21 Aoû - 10:05

« Faut croire que ton numéro de chasanova ne plaît pas à tout le monde. Je te retourne la question... La mienne te déplaît ? »

Etoile de Braise écouta le doux murmure de sa camarade avec un sourire amusé. Ses yeux balayant les environs il se demanda quelle était vraiment la nature de leur relation. Tout le monde savait quel était sa manière d'être vis à vis de ces dames, il ne serait pas étonnant qu'il ignore l'existence de certains de ses chatons. On pouvait le traiter de père indigne, de compagnon infidèle. Pourtant la réalité était plus difficile à comprendre. Il passait du bon temps avec une chatte, lui faisait briller les yeux, la faisait rire. Il aimait cette sensation. Ce n'était pas de l'amour. Enfin il n'en était pas vraiment sûr. C'était plus comme une sorte de... désir.

Quelque chose qu'il ne s'expliquait pas. Il aimait la compagnie féminine, c'était comme ça. Il aimait le rendre heureuse, ivre de bonheur. Les faire rêver, les emmener à la frontière du paradis. Il n'était pas un compagnon infidèle. Il avait toujours quitté sa compagne du moment avant de se mettre avec une autre. Il leur avait toujours expliqué la situation. Il ne s'était pas cherché d'excuses, il n'avait pas dissimuler sa nature de charmeur. Toutes n'avait pas apprécié mais pour la plupart il gardait de bonnes relations avec ses anciennes conquêtes. Quand à ses descendants... Il n'était peut-être pas un grand amateur de chatons mais il prenait soin d'eux. Il les protégeait, veillait sur eux, se tenait toujours informer. Il n'était peut-être pas un père présent mais il était un père responsable et cela semblait convenir aux mères. Il chassa ses pensées. Il avait d'autres préoccupations pour le moment. Souriant, il entama la marche de retour et passa de nouveau juste à côté de sa camarade. La frôlant volontairement et lui soufflant ces quelques mots, charmeurs comme toujours:

« Au contraire, ta compagnie me ravie. »

Il lui adressa une moue amusée avant de humer l'air. Le gibier semblait s'être réfugié dans des galeries souterraines et ne ressortirait probablement pas avant un bon moment. Il étouffa un soupir agacé. Les oiseaux aussi avaient fuis le bord de l'eau. Il n'y avait nulle proie en vue et il n'y en aurait pas avant que le gibier soit certain qu'il n'y est plus de danger. Il aurait le temps de mourir de faim d'ici là. Une grimace vint enlaidir son visage parfait qui disparue aussi subitement qu'il entendit la voix d'Etoile des Cieux.

« Il y a du poisson si ça te tente. »

Il se tourna vers elle, se demandant si elle parlait sérieusement ou si elle se fichait de lui. En croisant son regard amusé il comprit qu'il s'agissait de provocation pure et dure. Il remua ses moustaches, appréciant le courage de sa camarade. Puis il s'approcha des rives humides, observant avec attention les êtres aquatiques qui nageaient à quelques queues de renard de lui. Il n'était pas du genre à avouer ses faiblesses mais pas non plus a exagérer ses qualités. Et cette-fois il devait bien avouer que face aux poissons il ne savait pas du tout comment agir. Il allait avoir besoin d'aide, alors autant en profiter pour l'embêter. Il tourna ses yeux flamboyants vers la meneuse et lui demanda, souriant:

« Tu m'apprends ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Pseudo : Fun / Snow
Féminin Âge : 18
Nombre de Messages : 77
Disponibilité : présente physiquement, absente psychiquement.


Feuille de Personnage
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Mer 21 Aoû - 11:01


Etoile des Cieux ne cessait de penser que si cette affaire s’ébruitait, ça ira plus mal pour elle que pour lui. Elle entendait déjà les insultes et les critiques fuser d'ici. Quelque chose comme : saleté de solitaire excitée. Elle réprima un grognement à cette pensée. Si Braise décidait d'en parler à quelqu'un, elle lui arracherait son oeil encore valide. Pourtant, elle n'était pas du genre à être violente, mais elle avait traversé des longues épreuves pour en arriver là, contrairement à l'ombreux qui lui avait même pu roucoulé avec les chattes de n'importe où. Il prenait malin plaisir à les rendre heureuses ce qui exaspérer plus d'un mâle. Même dans son clan elle en entendait parler, sauf qu'elle ne prêtait jamais attention à ce genre de ragots comme elle ne s'intéresse pas à la vie en couple. Elle était pure et cela la rendait heureuse, elle refusait catégoriquement de se soumettre à un pacha tel que Braise, il ne méritait pas ses premières fois. Néanmoins, elle n'était pas une prude ou une timide, elle pouvait elle aussi draguer dans la mesure où cela restait plus ou moins mineur. Puis, il n'y avait rien de mal à éprouver ce désir brûlant, la compagnie du meneur lui plaisait malgré tout ce qu'elle pouvait dire. Il se leva et vint la frôler en répondant de son air charmeur qui ne le quittait pas. Ainsi elle ne lui déplaisait pas... C'était toujours meilleur que de finir dans un bain de sang où elle aurait perdu ses vies. Il avait l'air de s'amuser et elle aussi, ça lui permettait de tester un peu son 'sex appeal'. Quand il entendit sa camarade lui parler des poissons, elle crut lire une pointe d'incrédulité. Elle rit de sa voix cristalline et douce, pas assez fort pour que les poissons s'en aillent heureusement.

« Je penserai que tu déclinerai, je crois que j'ai de la chance. Voir le grand Etoile de Braise se mouiller les pattes ça n'arrive pas tous les jours. »

Elle avait insisté sur le grand pour lui faire comprendre que de son point de vue, c'était ironique. Elle n'irait pas jusqu'à dire que c'était un moins que rien, au contraire parce qu'il l'effrayait, mais elle n'allait tout de même pas flatter son égo pour lui faire plaisir. Une brise légère vint secouer ses poils et elle en profita pour humer l'air. Ils étaient définitivement seuls. Braise lui demanda son aide, elle sourit, on aurait dit un chaton. Sauf que, dure réalité, elle était plutôt le chaperon rouge et lui, le grand méchant loup. Elle s'approcha de l'eau, cherchant un poisson de bonne taille et de préférence, loin des autres pour ne pas trop les apeurer. Elle fit aussi attention à cacher son ombre pour que ça victime ne voit pas son reflet. Une fois bien positionnée depuis le rive elle plongea sur sa proie, la lança en l'air d'un puissant coup de patte et la rabattit sur la rive. L'être aquatique tenta vainement de rouler pour regagner l'eau, mais en vain, la cheftaine l'acheva rapidement. Vitesse et précision sont les maîtres mots dans cette chasse. Elle ne lui donna aucune explication et se retourna vers lui.

« Bonne chance. »

Déclara-t-elle, défiante, comme si il y avait une récompense tout autre que le poisson à la fin. Ses iris azurs fixèrent le matou. Elle ajouta, charmeuse.

« Si tu attrapes un poisson, tu as le droit de me demander ce que tu veux, si tu ne l'as pas, c'est moi qui choisirait. »

Elle savait ce qu'elle voulait lui demander. Cela avait un rapport avec son côté dragueur. Elle se demandait s'il n'avait jamais souffert en silence, si quelqu'un l’intéressait depuis Lumière Blanche... Etoile des Cieux est quelqu'un de naturellement gentil, qui pense plus aux autres qu'à elle-même et le fait qu'il vive que dans le désir n'était pas sain à ses yeux. On a tous besoin de trouver quelqu'un qu'on aime réellement, mais peut-être qu'après son idylle avec la chatte du Tonnerre, il ne pouvait plus avoir ce genre de sentiments, ce qui était bien triste. Oui, elle voulait apprendre à le connaître. Ce chat mystérieux cachait peut-être sa vraie personnalité... Ou pas. En tout cas, en cernant mieux son cas, elle serait plus apte à faire ses choix lors de guerres inter-clans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité



MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Mer 21 Aoû - 12:10

Etoile de Braise écouta son rire et sentit son cœur se briser en mille morceaux. Il avait dut se retenir pour ne pas faire un bond. Sur le moment il avait crut entendre Lumière Blanche. La douce mélodie était la même, si semblable que ça lui donnait envie de crever sur l'instant. Désormais il n'entendrait plus jamais ce joli son enfantin, le seul qui parviendrait à ses oreilles serait le cri de sa peur. Il était un monstre désormais. Pour elle il était capable du pire comme du meilleur. Et par ses choix il lui offrirait le pire.

« Je penserai que tu déclinerai, je crois que j'ai de la chance. Voir le grand Etoile de Braise se mouiller les pattes ça n'arrive pas tous les jours. »

Il retint un ronronnement amusé et la regarda de ses yeux malicieux. Le jour ou il aurait peur d'un peu d'eau les arbres seront roses. Ce n'était peut-être pas un élément qu'il appréciait mais ce n'en était pas un non plus qui l'effrayait. Il était juste agacé de ne pas réussir à le comprendre et surtout le maîtriser. Il enviait l'aisance des chats de la rivière dans les flots tumultueux, lui ressemblait d'avantage à un bout de bois à la dérive qu'à un gracieux nageur. Enfin, il n'avait pas choisit.

Il l'observa avec attention et fit malgré lui la comparaison avec sa douce. Il ne pouvait pas s'en empêcher, il devait la faire à chaque fois. Avec chaque femelle qu'il croisait. Physiquement la différence était impressionnante. Etoile des Cieux était un harmonieux mélange de crèmes alors que Lumière Blanche était l'essence même de l'immaculé. La meneuse était plus grande, plus imposante que la frêle et discrète guerrière. Pourtant leurs regards se ressemblaient, teintés d'un bleu azuréen à en faire damner le ciel.

Il cligna des yeux, elles étaient différentes et pareilles à la fois. Elles étaient uniques. Il n'avait pas à faire cette comparaison stupide. Lumière Blanche appartenait au passé. Etoile des Cieux appartenait au présent. Et peut-être même au futur. Il la regarda en se pourléchant les babines, pensif. Il l'observa attraper le poisson avec l'aisance si aérienne des siens. Elle avait agit avec précision et puissance. Il nota chacun de ses mouvements, les gravant au fer rouge dans sa mémoire afin de ne jamais les oublier. En cas d'inondation il serait utile de détenir ces connaissances.

« Bonne chance. »

Elle le fixait, le défiant du regard. Elle avait une allure royale, semblable à la sienne bien que beaucoup moins effrayante. Cela lui donnait plutôt une auréole de pureté et d'innocente. Ce qu'elle était d'ailleurs, pure et innocente. Enfin d'après les rumeurs des plus grossiers. Lui la considérait d'avantage comme une perle brillante au milieu des sombres rochers qu'une mauvaise herbe au cœur d'un champ. Il avait toujours eut l'âme d'un poète, ce n'était pas étonnant.

« Si tu attrapes un poisson, tu as le droit de me demander ce que tu veux, si tu ne l'as pas, c'est moi qui choisirait. »

Il lui jeta un bref coup d’œil, masquant sans difficulté sa surprise, cherchant la raison de cette étonnante proposition. Il ne trouva rien dans ses beaux saphirs à sa grande déception, elle aussi savait dissimuler ses pensées du regard des autres. Alors il lui sourit, très amusé par la situation. Elle voulait jouer alors ils allaient jouer. Et pour une fois il allait se faire un joie de perdre. Il laissa le poisson approcher, le fis bondir dans les airs, reproduisant à la perfection les gestes de sa concurrente. Il fit mine de vouloir le saisir et fit claquer sa mâchoire dans le vide. L'être aquatique repartit aussitôt se dissimuler sous des nénuphars et il put se tourner vers sa camarade. Tout juste penaud il s'approcha d'elle tel un dangereux prédateur et se stoppa de nouveau à quelques queues de souris afin de lui souffler terrible tentation qu'il était:

« Oups, on dirait bien que j'ai perdu... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Pseudo : Fun / Snow
Féminin Âge : 18
Nombre de Messages : 77
Disponibilité : présente physiquement, absente psychiquement.


Feuille de Personnage
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Mer 21 Aoû - 16:34


Quand elle rentrerait dans ses terres qu'on lui demandait où elle était allée, elle répondrait : au paradis de l'enfer. En apparence, Etoile de Braise était l'enfer, mais elle commençait à le considérer comme le paradis. Elle eut un frisson le long de l'échine, ce début de relation lui rappelait presque celle qu'elle avait eu avec Regard Océanique. Ils s'étaient haïs, mais ce que l'histoire n'a pas dit, c'est qu'ils se sont aimés, mais jamais ils ne se le sont avoués. Elle en était au stade où elle détestait le chat brun-roux, mais si elle en arrivait au point où elle en tomberait amoureuse ? Elle secoua la tête pour chasser ces pensées. Non non, elle n'était pas une de ces minettes écervelées avec qui ont peu faire ce que l'on veut, ça elle l'avait montré à l'ombreux.

Elle sentit ses deux yeux de feu qui la fixaient, la détaillaient, l'analysaient, c'en était terriblement gênant et le sang lui monta vite aux joues. Depuis quand la reluquait-il comme ça ? Elle posa ses yeux iris sur lui à son tour, faisant presque la moue, dégoûtée par son geste. Heureusement qu'il n'y avait personne. Elle voyait nettement ses muscles noueux rouler sous son pelage un peu ébouriffé, accentuant son côté rebelle. Avec le soleil, on aurait cru qu'il prenait feu. Et il y avait son regard. Il avait dû en faire faillir plus d'une rien qu'en plantant ses yeux dans les leurs. Elle déglutit, elle aussi, elle ne pouvait nier une chose évidente : il la faisait fondre quand il y mettait du sien, sinon, elle arrivait aisément à résister à ses prunelles.

Etoile des Cieux observa la démarche du mâle. Il reproduit chacun des gestes presque à la perfection, mais bizarrement, il n'arriva pas à le saisir entre ses crocs. Elle hoqueta, l'avait-il fait exprès ? Après tout c'était possible, comme elle n'avait laissé filtrer aucunes informations dans ses iris. D'ailleurs, elle non plus n'arrivait pas à percevoir ses pensées comme elle pouvait le faire avec ses compagnons. Ils étaient un peu pareil de ce côté-là. Au fur et à mesure ils commençaient quand même à cerner l'autre, à s'apprivoiser presque. Etait-elle la seule à essayer de le comprendre ? Ou bien visait-elle juste ? Une nouvelle question sans réponses parmi les nombreuses autres.

Il revint vers elle, d'une manière qui prouvait le sentiment quasi oppressant qu'elle avait quand elle pensait à lui : le petit chaperon rouge et le grand méchant loup. L'eau perlait sur ses poils ce qui rendait la toison encore plus brillante. La sienne était presque sèche. Elle ne broncha pas malgré la distance et son souffle enjôleur qui lui fit presque perdre ses esprits. Est-ce qu'elle devait poser au sujet des amours, risquant de jeter un froid, ou alors pouvait-elle rester dans cette ambiance presque torride pour elle sans voir ses barrières céder ? De sa voix la plus innocente et pure du monde, elle murmura, les oreilles à l'horizontales, ses prunelles dans les siennes, cherchant une faille.

« Pourrais-tu être franc avec moi... commença-t-elle, un peu tremblante. J-je voulais savoir ce que tu pensais de moi et si, pour toi, tout n'était qu'un jeu depuis Lumière Blanche... n'attendant guère sa réponse, elle poursuivit. Enfin, plutôt, as-tu déjà vraiment aimé quelqu'un d'autre depuis ? »

Une émotion passa les frontières des ses prunelles : la peine qu'elle avait vis à vis de ses aventures avec les autres femelles. De son point de vue, on ne pouvait être réellement heureux et comblé ainsi. Aussi, imaginé, être bloqué sur son premier amour jusqu'au denier souffle de celle-ci ? Elle avait plutôt tendance à appeler ça un calvaire. Une autre pensée filtra, le fait qu'elle ne voulait pas jeter un froid, mais qu'elle voulait une réponse honnête, sans dérobades. Après une seconde réflexion, elle se rendit compte que ce qu'elle disait pouvait porter à confusion. Il pourrait croire par là qu'elle est jalouse et qu'elle l'aime, ce qui n'était pas le cas.

(ça te convient ? :c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité



MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Jeu 22 Aoû - 7:47

(Tout me va ^^ j'adore notre rp *_____________*)


« Pourrais-tu être franc avec moi... commença-t-elle, un peu tremblante. J-je voulais savoir ce que tu pensais de moi et si, pour toi, tout n'était qu'un jeu depuis Lumière Blanche... n'attendant guère sa réponse, elle poursuivit. Enfin, plutôt, as-tu déjà vraiment aimé quelqu'un d'autre depuis ? »

Cette fois-ci Etoile de Braise en parvint pas à dissimuler sa surprise. Il n'essaya même pas. Il était trop abasourdit pour y avoir ne serait-ce que songé. De quel jeu parlait-elle ? La vie était un jeu. Cruel. Tous ne faisait que jouer, tels des pions qu'on va sacrifier pour se permettre de prononcer les mots 'échec et mat'. Elle et lui n'était que des pantins sans libre arbitre, esclave de l'univers et de sa machine infernale. Le monde broie tout ce qui s'oppose à lui sans la moindre pitié. Obéit ou meurt. Il avait choisit de vivre. Il y avait perdu son âme.

Encore une fois ses pensées devenaient philosophiques, poétiques, absurdes. Lui-même ne comprenait plus ou il voulait en venir, comme si une entité âgé de mille lunes essayait de communiquer avec son esprit fou. Il eut un pâle sourire. Ses yeux écarquillés qui s'étaient aussitôt portés sur sa camarade se tournèrent à nouveau vers la cascade. L'eau coulait doucement dans une gerbe de gouttes argentées. Symbole de la vie qui fuyait à chaque de nos pas sans que l'on puisse la retenir. Et nos suppliques n'y changerait rien. Il poussa un léger soupir.

Il ne comprenait pas pourquoi elle lui avait demandé ça. Il s'était imaginé des choses mais pas ça. Peut-être Etoiles des Cieux était -elle finalement aussi imprévisible que lu en fin de compte. Il arrivait à saisir qu'elle veuille l'analyser, le comprendre. Un adversaire qui ne nous est pas un parfait inconnu est plus facile à vaincre qu'un étranger. Mais là elle était allée trop loin. Il n'avait même pas envie de lui répondre. Il avait juste envie de la planter là ou de lui coller une gifle magistrale. Il y avait des limites à ne pas dépasser et elle venait de les piétiner. Mais si la simple évocation du nom de Lumière Blanche lui avait hérisser l'échine il n'était pas en furie.

Contrairement à son habitude il parvenait à se maîtriser, le moment ne prêtait pas non plus au conflit. Sa dernière altercation remontait à quatre lunes quand son lieutenant avait eut le malheur d'évoquer son ancienne compagne, il avait manqué de lui arracher l'oreille gauche et encore maintenant celle-ci n'était pas belle à voir. Au moins l'imprudent avec compris le message et n'en avait plus parlé, l'histoire avait été enterrée mais la peur brillait toujours dans les yeux de son second. Il avait l'impression d'être un monstre. En fait il était un monstre. Il se pourlécha les babines, posant sa griffe sur la surface de l'eau. Des cercles se formèrent et il retira sa patte, regardant l'onde se propager tel les maux hivernaux.

« Pourquoi ces questions ? »

Les mots lui avaient échappés mais il ne se sentait pas fautif. Il exprimait juste à voix haute le tourbillon sans réponses qui lui cillait le crâne. Les yeux perdus dans le lointain il hésita à lui donner satisfaction. Il n'était pas du genre à manquer à sa parole. Mais non plus de celui à se dévoiler à une ennemie. Il restait prudent, méfiant. Aujourd'hui ils étaient peut-être de simples félins amicales mais dans quelques nuits peut-être se retrouveraient-ils face à face sur le champ de bataille. Et là cette discussion aussi une tout autre valeur. Il savait que dans le combat il avait tendance à se laisser guider par ses impulsions et si Lumière Blanche refaisait surface à ce moment-là il risquait tout simplement de perdre le peu de raison qui habitait encore la coquille vide qu'il était devenu. A nouveau il soupira.

« Donne-moi une bonne raison de me confier à celle qui me tranchera peut-être la gorge dans quelques lunes. Une seule et je répondrais à tes questions. »

Il évitait le sujet principal, il cherchait une issue. Il avait l'impression d'être un mulot coincé entre les griffes d'un renard particulièrement cruel et manipulateur. Il ne voulait pas lui expliquer. Il n'y avait rien a expliquer. Lui même ne comprenait pas alors comment aurait-elle put ? La flamme qui illuminait son regard quelques instants auparavant avait disparue, effacée par les souvenirs qui l'envahissait, les pensées qui le submergeaient. Les ténèbres l'avaient à nouveau engloutis, il ne tenait qu'à elle de l'en tirer avant qu'il ne s'efface pour toujours de son entourage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Pseudo : Fun / Snow
Féminin Âge : 18
Nombre de Messages : 77
Disponibilité : présente physiquement, absente psychiquement.


Feuille de Personnage
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Jeu 22 Aoû - 20:41


Cieux, tu es une idiote. Elle se haïssait. Pourquoi fallait-elle qu'elle cherche à régler les problèmes de tout le monde ? Ne pouvait-elle pas se contenter des siens ? Il faut dire qu'elle rêvait d'un idéal de paix, ce que le code du guerrier interdisait. Peut-être qu'ils avaient raison... Que ce n'était qu'une chatte solitaire dérangée. Une petite voix dans son esprit lui dit non. Elle n'était pas débile, elle savait parfaitement que ce qu'elle voulait n'arriverait jamais, mais elle au moins, elle faisait des efforts, elle essayait de changer le futur, changer le destin. Ca, c'était possible, malgré tout ce que l'on pouvait dire. La vie n'était pas un grand échiquier, tout le monde possédait un libre arbitre. Malgré tout ce que les plus grands stratèges faisaient, il y avait toujours une possibilité que cela change.

Prenons un exemple : comment un chat domestique comme Etoile de Feu avait-il pu devenir un héros ? Parce qu'il s'était battu. Il n'avait pas fui les problèmes, de toutes manières, voilà ce qu'est la vie : une énorme champs de guerre. Les pièges tous aussi imprévisibles les uns, que les autres. Du coup, il fallait profiter des moments heureux, d'où la compassion de Cieux à l'égard des autres. C'était un ange traversant les enfers. Etoile de Braise avait l'air plongé dans ses réflexions, tout comme elle, cependant, son aura était noire, même s'il paraissait calme. Elle trembla de plus belle. Lumière Blanche était un sujet sensible pour lui, mais s'il ne parvenait pas à passer le cap, il se ferait consumer par la folie.

Elle le regarda sans broncher se pourlécher les babines, poser sa griffe au-dessus de l'eau dont elle observa les ondes gracieuses. Ce geste lui donna l'impression que le temps s'arrêtait autour d'eux. Son coeur battait à la chamade dans sa poitrine, il avait l'air si sombre et elle qui croyait qu'il avait une once de clarté en lui... Se trompait-elle ? Etait-il irrécupérable ? Cette pensée fit l'effet d'une décharge électrique pour la minette. Regard Océanique, lui, s'était fait dévorer par la haine, il en était devenu incontrôlable. Elle avait dû l'achever. Jamais elle ne l'avait dit à personne, elle avait juste prétendu qu'il s'était enfui. Mourir était la seule chose bénéfique à faire pour lui, même si c'était horrible à dire.

Ses yeux s'humidifièrent, comme si elle allait pleurer. Elle était sur le point, mais elle arrivait encore à garder ses émotions enfermées. Tout se brouillait dans sa tête, elle ne savait plus quoi penser. Des yeux ambrés trônaient en maître des lieux, il la tourmentait sans le savoir. Plus elle s’efforçait de le comprendre, plus elle l'assimilait au diable. Etaient-ils exacts opposés ? Alors l'aider était-il perdu d'avance ? Ils se ressemblaient pourtant en certains points. Ils avaient de lourds passés qu'ils n'arrivaient pas à effacer, ils masquaient leurs émotions, leurs intentions aux autres, ils enfouissaient une partie d'eux-même - sans forcément s'en rendre compte. Sa voix, dénuée de tout sentiments, brisa le silence.

« Pourquoi ces questions ? »

Un frisson lui parcourut l'échine. C'est vrai, qu'était-elle pour lui ? D'où se permettait-elle de poser des questions du genre ? Rassemblant son courage, elle répondit presque du tac au tact, ne réfléchissant pas trop à ce qu'elle disait.

« Je veux t'aider avant qu'il ne soit trop tard. »

C'était audacieux de sa part. Avouer vouloir faire ça à un ennemi... Cela était presque considéré comme de la trahison vis à vis de son clan. Mais elle s'en fichait royalement, eux l'avaient déjà bafouée sans retenue, elle avait aussi le droit de faire ce qu'elle trouvait juste de temps en temps. A force de raisonner comme ça, elle allait finir guérisseuse solitaire... Au fond, elle avait du Tigre de Jade en elle. Son père adoptif avait été un bon mentor sur la vie, il lui avait appris à se forger sa propre opinion, à faire ce qui lui semblait bien, etc. Sans ça, elle serait surement au même stade qu'Etoile de Braise en ce moment.

« Donne-moi une bonne raison de me confier à celle qui me tranchera peut-être la gorge dans quelques lunes. Une seule et je répondrais à tes questions. »

Elle sursauta, ses prunelles auparavant plonger dans la beauté des astres vinrent se figer dans celle du meneur. Il avait raison.

« Je ne prétends pas te comprendre, mais plus je m'y efforce, plus j'y parviens. Je... Je crois qu'au fond, on est un peu pareils, même si en apparence, ce serait plutôt l'opposé... Tu ne fuiras pas éternellement ton passé, Etoile de Braise. Tu devrai passer à autre chose et... Je suppose qu'en parler serait le mieux, continuant dans ses explications, elle finit par murmurer d'un air triste. Et puis je ferai tout pour éviter le combat, c'est à mon habitude, je préfère parlementer. Si jamais, malgré mes efforts, on se retrouve l'un en face de l'autre, je ferai ce qu'il y a à faire, et toi aussi, n'est-ce pas ? »

Son sourire pure et innocent était revenu, la joie animait à nouveau son visage. Elle avait avoué sa stratégie de diplomate à l'ennemi, mais, ce ne serait pas une grande arme pour le clan de l'Ombre. Après tout, elle est connue pour être imprévisible. Néanmoins, elle avait limite terminé sur une note de suicide. En effet, si ils se retrouvaient confronter, il y avait 70% de chance pour qu'il gagne. Ne perdant pas sa bonne humeur retrouvée, elle ajouta sur une note comique, en remuant les moustaches, amusée d'elle-même.

« Et puis j'ai gagné. »

Elle désigna le poisson du bout de la queue et sur ce, alla le chercher. Son ventre émit un grognement que le rouquin avait dû entendre. Un peu gênée, elle rapporta le poisson près de lui et le déposa à ses pattes. Lui aussi il avait faim, elle pourrait attendre. D'une voix enjouée elle le lui proposa.

« Tiens, tu m'en diras des nouvelles, c'est pas pêché par n'importe qui, ajouta-elle, le regard malicieux. »

( ok ♥ je voulais remettre un peu de joie dedans, si ça te dérange, dis-le moi p: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité



MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Ven 23 Aoû - 9:39

(Y'a pas de soucis, parce que sinon je continuais moi alors il faut m'arrêter avec de se mettre à sombre dans la dépression xD)

« Je veux t'aider avant qu'il ne soit trop tard. »

Etoile de Braise se tourna vers elle, sceptique. Avant qu'il ne soit trop tard ? Qu'il ne soit trop tard de quoi ? Que signifiait cette phrase pour elle, qu'il était une cause perdu ? Ses moustaches remuèrent, n'exprimant aucun sentiment si ce n'est sa réflexion. Elle voulait l'aider, il en ignorait la raison. La tendresse féminine peut-être. Sauf qu'à ses yeux cela ressemblait d'avantage à de la pitié et il ne voulait pas qu'on est pitié de lui. Il n'était pas un faible chaton perdu dans le brouillard. Il était un fier meneur qui savait ce qu'il voulait. Il reporta son attention sur l'eau. Les ondes avaient disparus, tel le calme après la tempête l'eau était à nouveau lisse. Il résista à son envie de griffer cette arrogante surface. Il n'avait jamais été un imbécile impulsif. Il se maîtrisa et regard le ciel. Il avait l'impression que la forêt entière se moquait de lui. Tellement sereine comparée à ses envies meurtrières et les rouages infernales de son esprit. Il murmura pour lui -même, pensif:

« Et s'il est déjà trop tard ? »

« Je ne prétends pas te comprendre, mais plus je m'y efforce, plus j'y parviens. Je... Je crois qu'au fond, on est un peu pareils, même si en apparence, ce serait plutôt l'opposé... Tu ne fuiras pas éternellement ton passé, Etoile de Braise. Tu devrai passer à autre chose et... Je suppose qu'en parler serait le mieux, continuant dans ses explications, elle finit par murmurer d'un air triste. Et puis je ferai tout pour éviter le combat, c'est à mon habitude, je préfère parlementer. Si jamais, malgré mes efforts, on se retrouve l'un en face de l'autre, je ferai ce qu'il y a à faire, et toi aussi, n'est-ce pas ? »

Un léger sourire lui échappa. Evidemment, ils feraient ce qu'ils y auraient à faire. Néanmoins il savait très bien qu'il ne risquait pas grand chose lors d'un combat face à elle. Pour cela il n'avait pas tort, ils se battaient de la même manière, les mêmes gestes imprécis, les mêmes coups inattendus. Elle était une ancienne solitaire, lui en avait combattus une dizaine il y a quelques lunes lorsqu'ils avaient tentés de s'approprier son territoire. Il en avait profité pour enregistrer leurs techniques de chasse. L'honneur n'avait rien à y faire. Qui pouvait se vanter de suivre le code du guerrier durant une guerre ? Chaque blessure infligée pouvait être synonyme de victoire. Bien sûr il était préférable d'éviter de tuer un adversaire. Mais comment arrêter les flots de sang alors. Il fallait un vaincu. Et si certains ne l'approuvaient son combat déloyal avait fait ses preuves et il ne changerait ses habitudes pour rien au monde.

Son regard brûlant détaillant les nuages, il songea à son passé. Se remémorant les différents combats auxquels il avait participé. Depuis sa nomination en temps que lieutenant les conflits s'étaient fait plus rare, et quand il était devenu chef le Clan de l'Ombre n'avait plus perdu une seule bataille. Ce n'était pas de la vanité, c'était un simple constat. Après, bien sûr les occasions de montrer les crocs à l'adversaire s'était faite plus rares mais le résultat était là. Il repensa à ses premières batailles. Et immanquablement il repensa à elle. Ses assassinats dans la pénombre du soleil couchant. Les victimes broyés dont il avait dut dissimuler les traces. Personne ne connaissait la vérité. Du moins personne n'osait former les hypothèses de ses secrets devant lui. Il renifla légèrement, méprisant. On accusait pas un chef sans preuve sans recevoir une cicatrice éternelle sur le museau. Ses combattants l'avaient rapidement compris et les chuchotements étaient restés des chuchotements. Elle ne pouvait pas le comprendre. Elle ne pourrait jamais. Mais si elle voulait s'y essayer grand bien lui fasse.

« Et puis j'ai gagné. »

Il sourit à nouveau, plus largement cette fois. Il quittait la zone de turbulences pour revenir à une ambiance plus légère. Il apprécia son initiative même si sous cette plaisanterie se cachait toujours ses questions. Il n'avait pas envie d'entrer dans des explications incompréhensibles. Même si il avait perdu. Il aurait imaginé tout autre chose à la place d'un débat sur sa vie privé. Un rictus moqueur lui échappa. Pour cela il ne comprendrait jamais les chattes, d'ou venait se besoin constant de devoir connaitre la vie des autres ? En quoi cela changerait la leur ? Il décolla ses yeux du ciel pour les poser vers elle et vit que sa patte indiquait le poisson. Un lointain grondement trahit sa faim et il dut se retenir pour ne pas ricaner. Ses vilaines habitudes reprenaient le dessus.

« Tiens, tu m'en diras des nouvelles, c'est pas pêché par n'importe qui, ajouta-elle, le regard malicieux. »

Il n'était pas spécialement un grand amateur de poisson mais ce coup-ci il apprécia la présence de l'être aquatique. Si la discussion virait de bord vers la pèche il n'allait pas s'en plaindre. Tout plutôt que de remuer des souvenirs douloureux. Il s'approcha d'elle et prit une bouche de la proie. Savourant la chair tendre. Néanmoins ce n'était pas comparable aux mulots qui foisonnaient dans les environs de son camp. Le problème venant essentiellement de l'odeur du gibier à écailles. Il fronça le museau et lui lança, amusé:

« Je t'en prie, je ne voudrais pas que tu meurs de faim. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Pseudo : Fun / Snow
Féminin Âge : 18
Nombre de Messages : 77
Disponibilité : présente physiquement, absente psychiquement.


Feuille de Personnage
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Dim 25 Aoû - 22:29


Etoile des Cieux se demandait bien laquelle de ces deux personnalités était la vraie : l'innocente et pure ou la dominatrice et provocatrice. Elle espérait de tout coeur que ce soit la deuxième. Pourquoi ? Question très simple. Avez-vous déjà vu une faible au pouvoir ? Malgré ce que les philosophes pouvaient dire, du point de vue de Cieux, ce n'était pas une véritable force, c'était même un handicap dans sa situation.  Cela expliquait son comportement lunatique qui pouvait agacer nombre de chats. D'ailleurs, peut-être qu'Etoile de Braise était aussi intrigué. Après tout, elle sautait de l'un à l'autre rapidement, comme on passait du coq à l'âne. Suis-je devenue folle ? « Je pense, mais je vais te dire un secret : la plupart des gens biens le sont. » C'était ce que Tigre de Jade lui avait dit lorsqu'elle était apprentie.

Maintenant elle avait bien grandi, mais le dilemme persistait. Le voilà son problème, elle ne savait pas vraiment qui elle était, en plus de son passé sur lequel faire une table rase était presque impensable. Vous ne vous imaginez combien de fois elle avait rêvé être normale... Pourvoir s'en tenir au code du guerrier, ne jamais rien regretter... C'était ce côté différent en elle qui avait attiré Regard Océanique, mais ça, elle ne l'avait pas remarqué. Elle était définitivement perdue, méritait-elle son poste ? Mis à part les efforts considérables qu'elle avait fait, il n'y avait surement rien d'autre qui faisait qu'elle en était là... Pour s'aider, elle se mit à réfléchir à des expressions. " On est ce que l'on fait. " ne lui était d'aucun secours ; pas plus que " On est ce que l'on veut. " tout simplement parce qu'elle ne savait pas ce qu'elle voulait.

Etait-il mieux de vivre dans la souffrance, mais au moins, sans rompre sa parole ou valait-il mieux vivre heureux avec néanmoins d'énormes remords ? Si elle choisissait la seconde proposition, on l'insulterait de traîtresse qui devrait assumer jusqu'au bout ses actes, si elle prenait la première, masochiste qui ferait mieux de léguer ça à quelqu'un d'autre si ça ne lui plait pas. Dans les deux cas : c'était une égoïste. Elle s'était elle-même fourrée dans un pétrin monstrueux. Sa place de meneuse, elle l'avait voulue, mais ça ne lui apportait que le malheur, alors elle commençait à sérieusement en pâtir et s'enfoncer dans la noirceur. Le mal rongeait son esprit autant que Braise. Pourtant il était vrai qu'elle essayait de changer ça au mieux. En y parvenant 1 fois sur 3.

« Je t'en prie, je ne voudrais pas que tu meurs de faim. »

« Tu fais juste la fine bouche ou tu te soucis réellement de mon bien-être ? »

Elle remua les moustaches amusées, elle s'imaginait bien la réponse du mâle. Il dirait que c'était vraiment pour elle qu'il faisait ça, pour lui faire plaisir, alors qu'au fond, ça serait pour lui. La femelle ne rechigna tout de même pas à manger un de ses mets favoris. Elle transperça la peau écailleuse du poisson et la dégagea pour accéder à la précieuse chair, fondant littéralement dans la bouche. Elle se délecta du côté droit, léchant même les arrêtes. Une fois sa faim rassasiée, elle retourna l'être aquatique.

« Les grognements de ton ventre me rendent presque sourde... »

Cela sonnait sur un ton de reproches, mais c'était bien une petite plaisanterie, une manière détournée de le faire manger. Oui car sinon elle s'en aurait voulu, elle n'était pas toujours polie, mais quand même. La crème se retourna et s'éloigna un peu. Elle jeta un rapide coup d'oeil sur le lieu qui les entourait et repéra un rocher plat bien moussu et assez grand pour deux. Elle sauta dessus avec son agilité naturelle et s'allongea sur le dos, exposant son ventre. C'était certes dangereux si elle se savait menacée, mais malgré que le matou soit instable, elle lui faisait confiance pour le coup. Elle soupira d'aise et plongea ses prunelles azures dans le ciel.

« Hm... Voilà bien des jours que je ne m'étais pas sentie aussi bien... »

Effectivement, elle avait peu d'occasion de s'autoriser ce genre de sortie et elle ne parvenait jamais à être tranquille dans son clan. Elle ferma les yeux et apprécia la petite brise légère dans son pelage soyeux. Comme pour confirmer ses dires, aucunes odeurs intruses se firent repérer par le fin odorat de la cheftaine de le Rivière. Elle attendit un peu avant de reprendre dans la discussion un peu sombre qu'il avait eu plus tôt.

« Etoile de Braise... Si tu ne veux pas me répondre, je comprendrai ; après tout il y a certaines choses qui devraient rester un mystère... »

Même si elle disait ça, elle aurait quand même aimé qu'il lui donne satisfaction, elle était rarement aussi curieuse, il l'intriguait et ça, ça n'échappait à personne. Elle tourna doucement la tête pour fixer le roux, rien ne trahissait ses pensées.


Dernière édition par ▬ Etoile des Cieux le Lun 26 Aoû - 9:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité



MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   Lun 26 Aoû - 7:39

Mon cinquième rp en une matinée, je suis désolé mais je déclare forfait u_u
Je vais mourir si je continu comme ça, j'éditerais le message demain histoire de ne pas te faire trop attendre mais si je réponds maintenant il fera cinq lignes dont il vaut mieux attendre T-T
Je fais une pitite pause parce que sinon je vais mourru D:

u.c

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « A vos ordres mon colonel ! »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« A vos ordres mon colonel ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lettre ouverte au président René Preval du colonel Himler Rebu
» A vos ordres mon général !
» Les petits Teigneux du Colonel Moustache
» L’ex-Colonel Rébu critique le discours du Président Martelly
» [UploadHero] L'Express du colonel Von Ryan [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans  :: AUTRES :: TERRES LIBRES :: Cascade aux Couleurs-